Accueil > Guide d’achat > Les différents types de vidéoprojecteurs

Les différents types de vidéoprojecteurs

LCD :
Apparue dans les années 90, la technique du vidéoprojecteur n'a cessé d'évoluer. Système dérivé des écrans à cristaux liquides de toutes sortes (montres, jeux, écrans, etc.). La lumière d'une lampe spéciale à vapeur de métal (dite « metal halide ») est d'abord divisée en 3 pour passer à travers 3 panneaux à cristaux liquides (LCD) qui correspondent chacun aux 3 couleurs fondamentales rouge, vert, bleu. On refait une somme optique des 3 images et on l'envoie sur l'écran via un objectif, de taille modérée cette fois. L'inconvéniant est qu'un quadrillage (division des pixels) est parfois visible de près avec cette technologie dite LCD..

DLP :
La technologie DLP (Digital Light Processing?) développée par Texas Instruments, où chaque pixel correspond à un micro-miroir (DMD ou Digital Micromirror Device) actionné par un champ électrique. Chacun de ces miroirs renvoie la lumière de la lampe tantôt vers l'écran, tantôt pas. Le rapport cyclique de cet état donne la luminosité de chaque pixel variable de 0 à 100%. En outre, un filtre tricolore RVB en rotation, situé entre la matrice DLP et la lampe, permet de projeter successivement les 3 composantes de l'image finale. Cette technique est de bonne qualité et les prix de ces projecteurs commencent à être abordables. Néanmoins certaines personnes sont gênées par de tels projecteurs : en effet elles perçoivent de temps en temps des petits "flashes" d'arc-en-ciel pendant la projection. C'est le "rainbow effect". Une technique plus onéreuse consiste à utiliser 3 puces (une pour chaque couleur primaire). Il n'y a plus de "rainbow effect".

TRI TUBES (CRT) :
Technique la plus ancienne, consiste en trois tubes cathodiques de petites tailles à haute définition et haut rendement, un tube pour chaque couleur primaire (rouge, vert, bleu). Chacun de ces tubes a son objectif (de taille imposante, ce qui explique en partie le prix élevé) et l'image finale est obtenue par superposition des 3 images (synthèse additive). L'inconvénient majeur de cette technique réside dans la complexité des réglages de convergences électroniques et mécaniques pour superposer au mieux ces 3 images. À noter que c'est cette technique qui est également employée dans les Téléviseurs à rétroprojection.

DIY :
Les vidéoprojecteurs DIY (Do It Yourself : fais le toi-même) sont des appareils montés à la main. Un vidéoprojecteur "DIY" a besoin des éléments suivants : un système d'éclairage (les lampes de type HQI employées pour les aquariums sont les plus utilisées) ; deux lentilles de Fresnel (plaques en acrylique faisant office de lentilles convergentes et que l'on trouve dans les rétroprojecteurs) ; une dalle à cristaux liquides (provenant d'un écran d'ordinateur de type LCD) ; un objectif (appelé communément "triplet"). L'avantage de ce système est l'adaptabilité, le faible coût de revient des consommables (ampoules HQI) et la possibilité de dépannage personnel. L'inconvénient majeur reste le manque de luminosité comparé à un vidéoprojecteur industriel mais aussi la taille finale de l'appareil, en fonction de la dalle utilisée.

Quel que soit le type de vidéoprojecteur, il faut s'assurer de l'équiper d'une lampe fiable et performante.



lampe Videoprojecteur Site Map
video : changer la lampe d'un videoprojecteur


Précedent
Achetez une lampe Témoignages Guide d'achat Qui sommes nous CGV Contact
Copyright by RQDL 2018-
All rights reserved